Rituels

Orchestre National de Jazz

Œuvre kaléidoscopique

Ellinoa Voix Leïla Martial Voix Linda Olah Voix Romain Dayez Voix Catherine Delaunay Clarinette, cor de basset Julien Soro Saxophone alto, clarinette Fabien Debellefontaine Saxophone ténor, clarinette, flûte Fabien Norbert Trompette Christiane Bopp Trombone Didier Havet Trombone basse, tuba Stéphan Caracci Vibraphone, marimba, glockenspiel, percussions Rafaël Koerner Batterie Bruno Ruder Piano Elsa Moatti Violon
 Guillaume Roy Alto Juliette Serrad Violoncelle Raphaël Schwab Contrebasse Frédéric Maurin Direction

«  L’Art ne reproduit pas le visible, il rend visible. » Paul Klee

Fidèle à sa volonté d’ouvrir l’ONJ à des esthétiques multiples et singulières, Frédéric Maurin s’est associé ici à quatre artistes issus de la fine fleur de la scène jazz hexagonale actuelle -Ellinoa, Sylvaine Hélary, Leïla Martial et Grégoire Letouvet – pour l’écriture de ce premier répertoire original marquant le début de son mandat comme directeur artistique de l’Orchestre.

Dans un parcours construit autour de la notion de rituels quotidiens, les compositions sont librement inspirées de textes sacrés ancestraux issus de traditions des différents continents, comme d’anciennes croyances indiennes, un calendrier lunaire du paléolithique ou un Livre des Morts de l’Égypte ancienne. Ces textes, recueillis par le poète américain Jerome Rothenberg, parlent de la vie, de la mort, de joies, de peines, d’amour, de sexe, de tout ce qui fait que l’humanité est ce qu’elle est, une et indivisible.

Frédéric Maurin a confié la translation de cet archipel de chants et d’hymnes à des compositeurs qui font surgir des images sonores où le « primitif », le primordial, se coule dans le flux futuriste d’un jazz contemporain. Compositrices et compositeurs s’en sont emparés, chacun à sa façon, et délivrent un tableau sonore détonnant, porté par un orchestre acoustique où se mêlent cordes, percussions, bois et cuivres, et au centre duquel la voix humaine est convoquée tel un instrument à part entière.

Le programme transporte ainsi l’auditoire dans un monde contrasté où se côtoient de puissants crescendos, un large spectre de couleurs orchestrales, un onirisme omniprésent ou encore des solistes exaltants. Se dévoile peu à peu une facette plus organique de l’ONJ, univers foisonnant, éveillant l’imaginaire.

Fascinante œuvre collective aux allures d’oratorio, Rituels plonge ses auditeurs dans un monde bigarré, qui plus est enrichi sur scène d’une création vidéo imaginée par la réalisatrice Mali Arun, une artiste qui explore les croyances, les rituels et les mythes dont les hommes se nourrissent pour vivre et survivre. Féconde complémentarité !