Opus 111

Fabrizio Cassol

De Beethoven au jazz

Création

Aka Moon
Fabrizio Cassol Saxophone
Michel Hatzigeorgiou Basse électrique
Stéphane Galland Batterie
Invités Fredy Massamba Voix Fabian Fiorini Piano Joao Barradas Accordéon

La sonate pour piano n°32, Opus 111, de Beethoven est à marquer d’une pierre blanche, tant sa construction est d’une modernité radicale.

Composée entre 1820 et 1822 au cours de la dernière période créative du compositeur allemand, cette ultime sonate pour piano entame en effet l’éclatement de cette forme musicale, pilier formel pour tout compositeur du siècle précédent.

L’œuvre introduit ainsi dans son deuxième mouvement (ariette à six variations) une nouvelle façon de construire la phrase musicale, jusqu’à être considérée par certains comme les prémisses du jazz. Les innovations apportées notamment dans le domaine rythmique ont laissé perplexe la plupart des contemporains du compositeur, et ce travail dût attendre la seconde moitié du XIXe siècle et le XXe pour être reconnu pleinement.

Cette œuvre iconoclaste a dès lors représenté un espace idéal à investir pour Aka Moon, trio dirigé depuis 1992 par le compositeur et saxophoniste Fabrizio Cassol. Pour l’occasion, l’ensemble, qui a déjà à son actif de fécondes rencontres, a fait appel à trois fortes personnalités musicales : le chanteur Fredy Massamba qui introduit sa force expressive de « storyteller » africain ; l’étoile montante de l’accordéon portugais João Barradas qui apporte une modernité urbaine avec la particularité de jouer à la fois d’instruments acoustiques et électroniques ; et le pianiste Fabian Fiorini, compagnon de longue date du trio, qui agit en tant que « musicien-miroir » de la sonate de Beethoven.

C’est dans ce carrefour de sens aux résonances multiples que Fabrizio Cassol approche cette sonate toute particulière, en synchronisant des espaces émotionnels au-delà des époques, des cultures, des points de vue sociaux ou esthétiques. Le géant dont on célèbre cette année le 250e anniversaire de sa naissance n’a donc rien perdu de son actualité.