Junko Ueda

Le mystère du chant bouddhiste shomyo

Junko Ueda Chant, satsuma-biwa

"La musique est une nourriture essentielle pour le cœur des êtres." Junko Ueda

Le shômyô est un style de chants et récitations liturgiques bouddhiques qui se pratique à l’unisson ou en canon. Introduit au Japon au VIe siècle depuis la Chine, le shômyô japonais connaît ensuite une évolution propre, une de ses caractéristiques étant l’usage de textes en trois langues : sanskrit, chinois et japonais.

Junko Ueda, « maître du silence musical », est tout à la fois chanteuse et joueuse de luth satsuma-biwa. Elle pratique le récit traditionnel japonais biwa et le chant bouddhiste shômyô, avec un sens éminent du cérémonial scénique et une voix chargée de mystère. Si les spectateurs du concert Yoshitsune où elle joue avec le groupe PoiL peuvent apprécier ses talents au luth et à la récitation épique, elle présente ici d’un concert dédié aux chants liturgiques bouddhistes shômyô, un art qu’elle a étudié avec le maître Kôshin Ebihara, de l’école Tendai.

Basée dorénavant en Europe, Ueda s’est présentée dans de nombreux lieux et festivals comme le Festival d’Automne à Paris, le festival Sacrées Journées de Strasbourg ou le Romanischer Sommer de Cologne. Ses albums de biwa traditionnel L’épopée des Heike et Satsuma Biwa, ainsi que son album solo de chants shômyô intitulé Fleurs méditatives ont reçu plusieurs distinctions, dont un Grand Prix du Disque de l’Académie Charles Cros et un Choc du Monde de la Musique.

En tant qu’interprète et improvisatrice, Junko Ueda a travaillé avec de nombreux compositeurs, tels que Jean-Claude Eloy, Qu Xiaosong, Akemi Naito, Keiko Harada, Daryl Jamieson, et elle s’est produite avec des musiciens renommés comme le violoncelliste Yo-Yo Ma, le contrebassiste Peter Kowald ou encore avec le Dutch Nieuw Ensemble. Depuis 1988, elle joue régulièrement en duo avec le flûtiste néerlandais Wil Offermans. Ils ont enregistré ensemble l’album Comment survivre au paradis. Fascinant voyage...