In Spirit

Claude Tchamitchian Solo

Les territoires intérieurs de la contrebasse

Claude Tchamichian Contrebasse

In Spirit est le nouveau solo de Claude Tchamitchian, ce contrebassiste marquant de la scène jazz contemporaine. Continuant son exploration de nouveaux territoires musicaux et de langages inédits propres à la contrebasse, les solos sont l’occasion pour lui de façonner un laboratoire formel et langagier où il ravive son inspiration et expérimente de nouvelles techniques de jeu, dans un corps à corps introspectif avec l’instrument.

Dans In Spirit, il utilisera ainsi une contrebasse hors-norme : accordée en quintes diminuées, elle permet un renouvellement complet du langage et des manières d’aborder l’instrument. Le solo devient polyphonique, se transforme en chorale, les ambiances sonores formant un très large spectre. Le musicien y livre une musique puissante d’énergie, un jeu d’images et de climats tout à fait singulier. Cherchant constamment l’équilibre entre expressivité sensible et rigueur formelle, narration spontanée et abstraction architecturale, archaïsme et raffinement, laisser-aller émotionnel et virtuosité technique, Claude Tchamitchian allie ici un engagement du corps et de l’esprit d’une totale intégrité à sa remarquable plasticité stylistique.

En pizzicato ou à l’archet -et même deux archets pour une séquence-, le compositeur offre ici de nouvelles musiques, revient sur d’anciens disques en solo et, évoquant ses origines arméniennes, parcourt des paysages sonores aussi étendus que contrastés. Jetant des ponts entre musique savante et traditions populaires, explorant ses territoires intérieurs avec une foi toujours renouvelée, il entre littéralement en dialogue avec son instrument, l’animant des humeurs et pulsions de son corps, pour qu’en retour la contrebasse fasse résonner sa voix sa plus intime, dense, vibrante... et profondément émouvante.

Qui plus est, la contrebasse dont il jouera est l’une des deux ayant appartenu au compositeur d’exception que fut Jean-François Jenny Clark, lui ayant été confiée par la compagne de ce dernier l’année même du 20 e anniversaire de sa disparition. Signe du destin ?