Hâl, le voyage amoureux

K. Chemirani

Musique de l'éveil et de l'oubli

Keyvan Chemirani Zarb, percussions, santour, direction artistique
Maryam Chemirani Chant
Sylvain Barou Flûtes celtiques, flûte bansouri, duduk, uillean pipe
Bijan Chemirani Zarb, percussions, saz

La quête du Hâl, cet état extatique tout à la fois d’éveil et d’oubli de soi, est le fil d’or de cette nouvelle création d’orfèvre du jeune maître du zarb franco iranien Keyvan Chemirani.

Situant ce travail dans la continuité de ses projets antérieurs autour de la modalité indo-orientale, du va-et-vient entre ambiances festives et méditatives, de l’improvisation dans un canevas précis, il le considère aussi comme un retour aux sources et aux racines : Hâl se joue en effet en famille.

Centré autour de la voix de sa sœur Maryam dont la générosité, le timbre chaud et le charisme le touchent profondément, il y a convié son frère Bijan, à la délicate sensibilité de jeu au luth saz et à l’étonnante précision aux percussions, et le flûtiste Sylvain Barou, son frère de cœur qui sait faire sortir « non pas de l’air, mais du feu » de sa flûte ney, comme Rumi l’évoquait à propos de cet instrument.

A travers Hâl, Keyvan Chemirani cherche aussi à ouvrir le monde de la modalité orientale de mille manières : en le nourrissant d’autres influences comme le jazz ou les musiques improvisées, en laissant vivre le mystère entre le fond -le sens des poèmes- et la forme -le rythme, la musique des mots-, en ouvrant l’instrumentarium des percussions par un set plus proche de la batterie, en intégrant l’anglais, et non seulement le persan, comme langue d’interprétation et avec même des airs traditionnels celtiques arrangés…

C’est vers donc des rivages renouvelant fort la musique savante orientale que Hâl propose d’embarquer pour ce voyage amoureux vers les confins du soi et son oubli.