Echo / Exo

Angela Simonyan

Retour aux sources du présent

Création CIMN
Chantier

Angela Simonyan Violon et voix

Dans le noir absolu, quelques scintillements de lumière crépitent dans la salle. C’est la levée du jour. On entend provenir de loin une voix. Au fur et à mesure que la lumière se déploie et fait grandir la pièce, nous apercevons une silhouette de femme : Exo. Elle chante pour célébrer la naissance du jour. Sa voix suit la progression du soleil, tantôt en chantant, tantôt en parlant. Cependant, quelque chose est erroné et ne tourne pas rond. Exo part à la recherche de ce qui lui manque.

Plus elle voyage, plus sa trace se transforme en empreinte sonore. Dans une lutte constante contre l’oubli, chaque lieu est associé à une ligne musicale qui se répète et s’élargit, et qui se transforme en même temps qu’évolue le personnage. Exo se découvre dans l’enchevêtrement de différents champs d’expression alliant théâtre, danse libre, improvisation et création musicale.

À travers le parcours de cette femme -d’origine arménienne, en résonance avec l’itinéraire personnel d’Anzhela Simonyan-, « Echo/Exo » cherche à renouer les liens entre la musique ancienne et les différentes formes de langage qui en découlent. Dans chaque pièce musicale résonne la volonté de reconstituer les séquelles d’un passé lointain pour pouvoir se définir dans un présent interculturel. La voix est une nomade qui se sert de la parole comme pilier de sa survivance. La langue arménienne, de nature chantante, se glisse à travers elle et se présente comme l’incarnation d’histoires oubliées qui survivent à l’intérieur en se métamorphosant dans d’autres langues, ici le français.

Réflexion sur le ’corps sonore’, sur ce que le corps fait au son et ce que le son fait au corps, cette création est aussi une tentative de relier musique et théâtre sous forme de monologue interactif entre improvisations et création musicale. La voix, la parole et le violon invitent à plonger dans les racines profondes de la (re)découverte de soi à travers le son.