Borguefül

Mélanie Loisel

Rencontre viscérale d’ondes

Création CIMN
Chantier

Mélanie Loisel Contrebasse et voix

Borguefül raconte quelque chose des sensations d’une langue entendue dans l’enfance. Une langue organique qui se parle dans certains territoires, autour d’une table ou pour commercer. Une langue qui circule encore, qui chante encore. Un patois. En l’occurrence celui d’un mont de Haute-Loire, mais cela aurait pu tout à fait être un autre, ailleurs. Une nécessité d’écriture avec elle s’est imposée à Mélanie Loisel. Faire entendre quelque chose du relief de ces sons, manipuler dans sa bouche leur rythme, leurs syllabes étranges, les dissonances, les attaques et la douceur aussi. Par ces chansons, prendre plaisir à raconter avec ce verbe qui déplace le sens, poétise, fait paysage.

Les textes originaux de Borguefül traduisent une sensation du monde et d’événements précis. Ils parlent de mémoires, de poussières noires volcaniques, de gel, de failles et de vent, de souvenirs, de personnages et plus largement d’interrogations poétiques/politiques. Mélanie Loisel a soumis la plupart des mots à sa grand-mère pour une traduction en patois, puis elle se les est réappropriés vocalement en jouant de leur sonorité, tout en les faisant cheminer dans une construction musicale.

Elle joue principalement de sa contrebasse à l’archet, avec des motifs répétés à l’intérieur desquels elle développe de nombreuses variations, construisant des ambiances singulières où vient se tramer le récit du chant. Elle laisse ainsi se déployer les fréquences de son instrument, libérant les cordes dans leur vibration autonome pour mieux y glisser sa voix. L’atmosphère des morceaux rappelle les musiques traditionnelles, toutefois colorées par de nombreuses incises de jeu contemporain voire bruitiste et de jeu classique, musique d’un territoire imaginé, fantasmatique, magique même.

L’essentiel pour elle est bien d’explorer au plus près le caractère vibratoire de sa contrebasse qui, lorsqu’il vient trouver celui de la voix, donne accès à une forme viscérale de rapport aux sons qu’elle veut résolument transmettre au public.