Barbarie

Quatuor Béla

Suite pour pianiste, quatuor à cordes et instruments mécaniques

Compositions de Marco Stroppa, Noriko Baba, Raphaël Cendo, Frédéric Aurier, Albert Marcœur

Quatuor Béla
Frédéric Aurier violon, nyckelharpa
Julien Dieudegard violon, strohviol
Julian Boutin alto, vielle à roue
Luc Dedreuil violoncelle, strohviol

et Wilhem Latchoumia Piano, synthétiseurs

Quel rapport le musicien interprète entretient-il avec la machine ? Quel avenir au compositeur ? Le combat est-il perdu d’avance contre un rival invulnérable ou source d’une rencontre féconde avec une voix amie qui transcende le geste instrumental ?

Pour vivifier le débat, le Quatuor Béla, qui invite pour l’occasion le pianiste virtuose Wilhem Latchoumia, a commandé des œuvres à cinq compositeurs contemporains : Marco Stroppa, Francesca Verunelli, Raphaël Cendo, Frédéric Aurier et Albert Marcœur, tous venus s’emparer d’un orchestre insensé et unique.

Véritable cabinet de curiosités musicales, celui-ci rassemblera en effet, par-delà les instruments du quatuor à cordes et du piano, tout un ensemble de machines musicales allant l’orgue de barbarie, la vièle à roue, le piano pneumatique, le nickelharpa, le stroviol, le gramophone… aux technologies numériques les plus avancées.

Une telle densité historique de sons ne pourra que mettre en relief cette interrogation lancinante : les machines nous rendent-elles moins barbares ?