Thomas de Pourquery Supersonic & DeLaVallet Bidiefono

Transe cosmique et groove africain

Création

Thomas de Pourquery : Saxophones, lead vocals
Fabrice Martinez : Trompette, bugle, chœurs
Laurent Bardainne : Saxophones, chœurs
Edward Perraud : Batterie, électronique
Frederick Galiay : Basse, électronique
Arnaud Roulin : Piano, synthétiseurs

Fabe Beauriel Bambi : Percussion
Berlea Dieuveille Bilembolo : Chant
Mohamed Sylla : Percussion

Le chanteur et saxophoniste de jazz Thomas de Pourquery est fasciné par l’inventivité de la scène musicale africaine, et plus particulièrement congolaise. « Je suis un fan absolu de bon nombre de musiciens congolais, à commencer par Franco Luambo, immense chanteur compositeur et guitariste, ou le contemporain Jupiter, en passant par les Tambours de Brazza. », s’enthousiasme le jazzman.

Octobre 2018, les musiciens de son sextet Supersonic et lui-même passent deux semaines en République du Congo où ils entament une collaboration avec les danseuses et danseurs du chorégraphe DeLaVallet Bidiefono, pionnier de la danse contemporaine à Brazzaville, ainsi qu’avec des musiciennes et musiciens rencontrés à Pointe Noire et à Kinshasa. Cette rencontre tient de la fête en forme de transe cosmique, une prière à la vie et au soleil. Le saxophoniste emmène ainsi son sextet vers la vivacité et le bouillonnement créatif des scènes congolaises, où les musiques traditionnelles se mélangent à l’énergie des musiques urbaines africaines.

« C’est aussi pour nous un acte politique, humain. Appelons cela comme on veut. En tout cas, nous sommes partis avec la volonté de faire se rencontrer l’Afrique et l’Europe, les noirs et les blancs, les femmes et les hommes, aujourd’hui plus que jamais. Pour faire cohabiter et résonner des cultures différentes à travers les langages communs et universels que sont la musique et la danse. Pour contribuer, humblement mais de manière résolue, au destin de l’humanité, que j’espère de toutes mes forces métissé et heureux. », souhaite Thomas de Pourquery.