Lune 3000

Roberto Negro / Émile Parisien / Quatuor Béla

France
Jazz & quatuor à cordes
Création

Roberto Negro : Composition et Piano
Émile Parisien : Saxophone

Quatuor Béla
Frédéric Aurier, Julien Dieudegard : violons
Julian Boutin : alto
Luc Dedreuil : violoncelle

Hommage à Ligeti

D’abord, un duo. Depuis 2015, Roberto Negro et Émile Parisien jouent en toute liberté « Les Métanuits ». Au sein de cette adaptation pour piano et saxophone du premier quatuor à cordes Métamorphoses Nocturnes de György Ligeti, ils insèrent des gestes improvisés.

« Les croisements entre musique classique et jazz me sont tout particulièrement chers. Les frontières entre ces genres n’ont plus lieu d’être. », défend le pianiste Roberto Negro. D’où l’invitation qu’il lance au Quatuor Béla, avec lequel il travaille pour la première fois ici. Dans une sorte d’effet miroir, le quatuor à cordes interprétera, lui aussi, le premier quatuor des Métamorphoses Nocturnes. Ligeti le composa au milieu des années 1950 en rendant discrètement hommage à son aîné Béla Bartók dont on reconnaît le climat crépusculaire et l’écriture en variation.

Une troisième partie réunit les six musiciens autour d’une pièce de Roberto Negro spécialement pour cet hommage rendu à Ligeti. Le pianiste écrit donc ici pour le célèbre quatuor auquel s’ajoutent Emile Parisien, au saxophone, et lui-même, au piano. Sa composition puise librement au sein des techniques propres à Ligeti. Lequel s’inspire autant de mécaniques diaboliques, de phénomènes musico-climatiques, d’avant-gardisme aussi bien que de folklore.

Roberto Negro
S’il est né à Turin de parents italiens, c’est à Kinshasa, au Zaïre, dans un milieu francophone, que Roberto Negro a grandi et fait ses premières expériences musicales. Après être sorti diplômé en Jazz du CRR de Chambéry, le pianiste et compositeur multiplie les collaborations interdisciplinaires : théâtre, poésie, chanson théâtrale et même opéra miniature (dont Loving Suite pour Birdy So, en 2012). Plus que jamais avide de rencontres et de renouvellement, Roberto Negro mène de front une multitude de projets. En 2016, il était l’un des artistes « révélations » de Jazz magazine.

Émile Parisien
Né en 1982 à Cahors, Émile Parisien est un saxophoniste soprano et alto, musicien et compositeur de jazz. Après s’être formé dans la première promotion du Collège de jazz de Marciac et au conservatoire de Toulouse, où il étudie également la musique classique et la musique contemporaine, il a l’occasion de se produire avec de grandes figures du jazz. Il fonde son propre quartet en 2000 avec des compositions inspirées autant par Berlioz ou Stravinski que par Coltrane. Il joue également aux côtés de Michel Portal, Jacky Terrasson, Vincent Peirani, Joachim Kuhn…

Quatuor Béla
Fondé en 2006 par quatre musiciens des CNSM de Lyon et Paris – Julien Dieudegard et Frédéric Aurier, violons, Julian Boutin, alto, Luc Dedreuil, violoncelle –, le Quatuor Béla s’est réuni autour du désir de défendre le répertoire du XXe siècle. Il se distingue aussi par sa volonté d’être à l’initiative de nouvelles compositions et de nourrir le dialogue entre interprètes et compositeurs. Les membres du Quatuor Béla s’associent à des figures artistiques venues de tous horizons comme l’improvisateur Jean-François Vrod, le rockeur inclassable Albert Marcœur, le griot Moriba Koïta ou la chanteuse Elise Caron.