Les Voyageurs de l’espace

Didier Petit / Claudia Solal / Philippe Foch

France
Chansons interstellaires

Didier Petit  : Violoncelle
Philippe Foch : Percussions
Claudia Solal  : Voix

L’espace musical privilégié du violoncelliste Didier Petit ? Le jazz et l’improvisation. Étrange donc de le voir emprunter la voie de la chanson. Le concert Les Voyageurs de l’espace ne comporte toutefois pas de chansons au sens « formaté » du terme. Chaque composition originale est le résultat d’une recherche entre le violoncelliste, le percussionniste Philippe Foch et la vocaliste Claudia Solal, qui fait sienne, par le chant, une grande diversité d’approches vocales. Le trio a d’ailleurs si bien su trouver sa route dans l’espace de la chanson que l’Académie Charles Cros a décerné à son album le prix « Coup de cœur » en septembre 2017.

Tout débute avec l’intérêt, toujours grandissant, que Didier Petit porte à la recherche spatiale. Il découvre dans le même temps que nombre de chansons s’intéressent à cette thématique. Et se demande enfin ce que des auteurs contemporains pourraient dire, aujourd’hui, de ce sujet. Avec le concours de Gérard Azoulay, archiviste à l’Observatoire de l’Espace au sein du Centre national d’Études spatiales, une commande de textes inspirés de la conquête spatiale, au sens large, est passée auprès de sept auteurs.

À l’adaptation de chansons déjà existantes, tel le titre « Contact » de Serge Gainsbourg, interprété à l’origine par Brigitte Bardot, s’ajoutent les chansons originales composées à partir de ce matériau. Le titre « Martine », notamment, revient sur les animaux cobayes envoyés dans l’espace. La guenon Martine vola à bord d’une fusée Vesta en 1967. Dans une autre chanson, on embrasse le point de vue d’une météorite. Tandis que Didier Petit rappelle, dans la chanson qu’il a écrite « Son de la lune », que l’espace est aussi celui que nous portons en nous-même.